PRESSE

ILS EN PARLENT AUSSI…
Article paru dans l’Union le 13 novembre 2012:
De nouvelles sensations sonores avec Pacemaker Fest
Treize groupes ce week-end pour de nouvelles sensations acoustiques et esthétiques.

Treize groupes ce week-end pour de nouvelles sensations acoustiques et esthétiques.

REIMS (Marne). Evènement de promotion et de diffusion de la scène alternative contemporaine, « Pacemaker Fest » se veut un générateur de rythmes éphémères et de sensations brutes.
MEMBRE du groupe « Isaac », Jean-Christophe Urbain décide, en 2011, d’organiser une soirée pour la sortie de leur album. « J’ai contacté plusieurs groupes, et ça s’est transformé en un festival sur trois jours ! ». Entre-temps, il devient animateur de « Pôle Sud Musique » : « L’expérience ayant bien marché, on a décidé de la renouveler. Mais on l’a élargie sur une quinzaine de jours, avec 26 groupes et sur divers endroits de la ville ». Depuis le 2 novembre, quatre soirées ont déjà eu lieu, dans deux bars de la ville, ainsi qu’à l’Ecluse et à l’Espace Turenne.
Ce festival de la scène « underground » est mis en place par des bénévoles passionnés qui souhaitent faire découvrir, à un public le plus large possible, une certaine façon de faire et d’appréhender la musique. « Pacemaker Fest 2 » s’ouvre aujourd’hui à de nouvelles sensations sonores (cold wave, 8bit, doom…) mais garde la même ligne de conduite. « On est dans l’électro, le métal, le punk, le rock, mais dans des esthétiques plutôt contemporaines ». Ajoutons à cela une note humoristique et provoc’ qui se retrouve dans le titre des soirées et des groupes : « Ultracoït : noise post coïtale », « Daïkiri : samba pour chiens de traîneaux »…
En amont, un concours d’affiches a été lancé. Le comité de sélection a choisi celle de William Bruet (en photo). Toutes les œuvres proposées seront exposées lors du week-end au Flambeau où se déroulent les deux grandes soirées finales (lire ci-dessous).

Infos sur pacemakerfest.wordpress.com. Contact/Réservations : contact.pacemaker@gmail.com

Article paru dans L’Hebdo du Vendredi le 7 novembre 2012:
La musique est un cri…
Les amiénois de Headwar seront de la partie !
Les amiénois de Headwar seront de la partie !

…qui résonnera les 9 et 10 novembre prochains, à l’occasion de Pacemaker Fest II, la suite ! Le week-end commencera sur les chapeaux de roue à l’Ecluse pour une soirée Cave ou Salon. A partir de 18h, débutants et confirmés pourront participer à un atelier bidouillage de machines en toy bending, afin de créer des sons aussi bizarres qu’improbables. S’en suivra un concours de larsens pour lequel il ne faudra pas avoir peur du bruit ! Une fois les tympans bien échauffés – attention toutefois à ne pas les faire saigner, il sera l’heure de découvrir un Rhume Carabiné à la rémoise, le blues déviant des parisiens de One Lick Less et le post punk tout droit venu d’Amiens dans les bagages de Headwar. A peine le temps de rentrer, qu’il sera déjà l’heure de repartir pour se rendre à l’Espace Turenne le samedi 10 novembre pour une soirée Tricots et point de croix renversées, organisée grâce au partenariat entre Pôle Sud Musique et la Maison de Quartier Val de Murigny. Au programme, le sludge noise des toulousains de Pal, le noise foutraque de Marylin Rambo, le sludge doom d’Oruga et le violent noise de Biche.

Pensez-y !

Notez que les soirées des 16 et 17 novembre auront lieu au Flambeau, un after étant prévu à l’Ecluse le samedi soir de 00h30 à 3h20, pour les personnes présentes en première partie de soirée. Ces deux lieux étant assez éloignés, pensez au covoiturage ! Prévoyants et éco-responsables, les organisateurs auront d’ailleurs tout prévu : « Un espace va y être dédié sur le site du festival. Les 9 et 10 novembre, on mettra des feuilles à disposition du public pour inscrire ses coordonnées et ainsi covoiturer. » Au lieu de voyager seuls, faites le trajet accompagnés !

Claire Lagrange
Pacemaker Fest II, vendredi 9 novembre à partir de 18h – prix libre – à l’Écluse, Centre Social Autogéré, 4 rue de la Cerisaie / samedi 10 novembre à 19h30 – Tarifs : de 5 à 6€ – Maison de Quartier Val de Murigny, Espace Turenne, 48 rue de Turenne
Article paru dans L’Hebdo du Vendredi le 30 octobre 2012:
Le « petit » festival qui envoie du lourd
Né de l’initiative d’une bande d’amis fans de musique, bien décidés à faire partager leur passion, le Pacemaker Fest, fort du succès de l’an dernier, réinvestira les salles rémoises pour une seconde édition du 2 au 17 novembre prochain.Les Choochooshoeshoot ouvriront le bal avec un concert très noise.

Les Choochooshoeshoot ouvriront le bal avec un concert très noise.
Ils se sont rencontrés au gré de concerts et autres événements musicaux et sont devenus amis. Partageant tous la même passion pour la musique, ils ont décidé de passer de l’autre côté de la barrière en quittant la veste de spectateurs pour devenir organisateurs. Ainsi fut créée Deux Épis, association qui se destine à organiser et à diffuser des événements culturels pluridisciplinaires. D’abord sollicitée pour mettre sur pied une soirée de promotion d’album pour le groupe ISaAC, la jeune association s’oriente rapidement vers quelque chose de plus grand et c’est en collaboration avec FLESH et Assaut Caktus, deux autres associations rémoises, que Deux Épis fait naître le tout premier Pacemaker Fest en 2011. Au total, sept coorganisateurs aux goûts parfois très différents mais avec la même volonté de partager leur passion. Parmi eux, Loïc, Clément et Michel : « L’an dernier, le festival se déroulait sur trois soirées principalement noise-rock-punk et a très bien marché. Cette année, on voulait donc faire quelque chose de plus représentatif, plus varié et surtout itinérant sur la ville de Reims, un festival tentaculaire qui pourrait rassembler aussi bien un public de curieux que d’initiés. Pour cette édition, on propose des groupes variés mais qui communiquent tous une grosse énergie sur scène. »

Un festival énergique mais intimiste

De trois, le festival est donc passé à six soirées, réparties sur les différentes salles de Reims répondant à un critère bien particulier : celle d’avoir une petite jauge. Les festivaliers pourront donc profiter pleinement des artistes présents à l’Espace Turenne, l’Excalibur ou encore l’Appart Café. « C’est important que les lieux soient intimistes : les groupes se sentent plus à l’aise de jouer devant un public restreint, des choses se créent, il n’y a pas de barrières. Il s’agit d’une démystification totale du musicien qui s’intègre parfois à la « foule ». Ça n’est pas du tout comparable à ce qu’on peut retrouver dans une grande scène. C’est une autre expérience. »

Claire Lagrange
Rens. : https://pacemakerfest.wordpress.com/ ou http://www.facebook.com/PacemakerFest Soirée Chicago Go ! Go !, vendredi 2 novembre à 20h au Bar Excalibur, 5 rue de la Grue à Reims. Tarifs : 4 à 5€. Soirée Des filles et des garçons, jeudi 8 novembre à 20h – à l’Appart Café, 9 avenue de Laon à Reims. Gratuit.
Ça commence bientôt !
Dès vendredi soir, retrouvez trois groupes au bar l’Excalibur pour l’ouverture du festival. Au programme, du noise rock en compagnie de Choochoochoesshoot, Moller Plesset et ISaAC. Puis rendez-vous le 8 novembre à l’Appart Café pour une soirée « Des filles et des garçons » avec le rock hardcore de Citizens, le punk rock de Caustic Lips et l’électro grind d’Hélène et les Cochons !
Publié le 17 octobre 2012 par Thierry Noise R’us 
Waow  je cris derrière mon PC, et pfff! dans la foulée, parce que je me dis que c’est loin. Pas le bout du monde non plus mais a la vue de la programmation et trois weekend différents difficile de se libérer.
Le Pacemakerfest est de retour pour sa deuxième édition, festival qui se déroule dans la ville de Reims et qui est l’initiative de trois associations rémoises ( Flesh, Deux Épis et Caktus)Sacré belle évolution pour ce festival qui passe de trois jours l’an dernier a trois weekend cette année, un festival itinérant quoi, chapeau les gars très belle initiative.

Longue vie les gars et bon festival.
. ©T.

Interview de la Radio Rien A Branler:
Interview de la Radio Primitive: